ENSEIGNEMENT A DISTANCE
Auteur : MBIDA MBENG Georges
Jeudi - 4 Novembre 2021 10:58     Vu :376     A+ | a-
Des responsables du lycée de Kpokolota à l’école du numérique.
C’est en la faveur d’un séminaire de formation adressé aux censeurs, aux animateurs pédagogiques et aux chefs de travaux portant sur l’utilisation de la plateforme e-learning de l’établissement et sur l’exploitation de la plateforme distance learning du Ministère des enseignements secondaires.
Le lycée technique de Bertoua Kpokolota a abrité un séminaire de formation portant sur l’enseignement à distance et axé sur l’initiation à l’utilisation de sa plateforme E-learning, créée en 2017. L’objectif  de la formation tenue le 16 octobre 2021 était entre autres de permettre aux censeurs de maîtriser aussi bien l’attribution du rôle d’enseignant que celui de l’élève, d’accompagner les instructeurs dans la dispensation des cours suivant les modules explorés durant le séminaire et d’orienter les enfants à la manipulation et à l’utilisation des cours mis en ligne. Durant huit (08) heures  d’affilées, la quarantaine de participants, composée de censeurs, d’animateurs pédagogiques et de chefs de travaux ont été édifiés sur des modules portant sur la création des comptes des participants dans la plateforme e-Learning, sur l’attribution des rôles d’enseignant aux uns et des rôles d’apprenant aux autres,  sur l’initiation à la mise des cours en ligne, sur l’initiation à l’utilisation des cours de la plateforme à distance Learning du Ministère des enseignements secondaires sur la plateforme e-Learning du lycée technique de Kpokolota et sur l’initiation aux outils d’apprentissage en ligne de la plateforme, constitués des activités et des ressources.
Pour le Proviseur, la formation est d’autant importante que « le pays ambitionne la démocratisation de l’éducation, l’instruction et l’alphabétisation de la majorité des Camerounais. Il urge donc de mettre sur pied des mécanismes permettant l’accès aux cours aux enfants d’âge scolaire, à savoir la couche scolarisée, la couche scolarisable et les enfants ne pouvant fréquenter des établissements scolaires. De plus il arrive, que pour diverses raisons, l’enseignant soit absent de son poste de travail, incitant l’organisation de cours de rattrapage, difficilement réalisable sur le plan pratique. Avec l’enseignement à distance, les ressources sont déposées sur la plateforme que les élèves visitent aux heures consacrées au professeur absent, qui y reviendra dès son retour juste pour des explications. En dernier essor, les apprenants inconscients, très souvent absents des salles de classe aux heures de cours n’auront qu’à accéder au e-Learning de l’établissement pour réviser les leçons », explique Osée Arsène NKWANE. De manière pratique, les élèves auront besoin de la ressource sélectionnée et donnée par l’enseignant et par les parents. « En guise de ressource matérielle, il s’agit d’un ordinateur ou d’un téléphone portable. Pour les ressources immatérielles, il faut les data, pour la connexion INTERNET, la mise à disposition du lien de l’établissement et du lien du Ministère des enseignements secondaires et enfin l’installation de l’application zoom dans les terminaux pour faciliter la communication en live », précise Aimé Eryan MVONDO, Inspecteur pédagogique régional en informatique.
Au terme de la formation, les participants se sont engagés à s’approprier dorénavant cet outil de travail. « Nous sommes heureux de l’initiative prise par le chef d’établissement. Dans les tous prochains jours les cours  destinés aux enfants seront mis en ligne, suivis des évaluations. Nous exhortons par la même occasion nos collègues absents à nous rencontrer pour une mise au vert » confie Ferdinand TAATO, enseignant. Pour l’initiateur de la plateforme E-learning du lycée technique de Bertoua Kpokolota, il est question d’amener les enfants à tirer profit du numérique en joignant l’utile à l’agréable. «  De plus, nous avons constaté la réticence du personnel enseignant à l’utilisation de la plateforme depuis sa création, du fait de sa non appropriation. Au terme de la session de capacitation nous avons observé le contentement et la motivation des participants à tirer profit de l’outil mis à leur disposition. En dehors du document contenant le process  pour lever d’éventuels points d’ombre, nous ambitionnons l’organisation d’une autre session de formation adressée à l’ensemble du corps enseignant », mentionne Olivier SACHOU, formateur.
BIbiane DJAYOU.
Commentaires (0)
Laissez un commentaire
* Nom
* Email (ne sera pas publié)
*
Please, type the capital of United Kingdom below to prove you are not a spambot?
*
* - Champ à remplir